Pourquoi un stage avec Djamila Hanann ?

« Le sharki est fondé sur le charisme du solo féminin » Djamila Hanann

Parcours professionnelParcours professionnel

o      Ce qui fait la différence c’est avant-tout son parcours de danseuse au Moyen-Orient auprès des plus grands et dans les hôtels les plus prestigieux, qui a précédé son installation en tant que professeur. (voir "Parcours professionnel")

o      Djamila Hanann incarne le style sharki (classique), avec le répertoire musical d’Oum Kalsoum, Warda et Mokhtar Al Said. Elle enseigne la danse avec un répertoire musical exigeant : pas de variété, des musiques ambitieuses aux rythmes variés ;  c’est le répertoire indispensable et commun aux grandes danseuses d’Egypte et du monde arabe (compositions de Riad Sumbati, Baligh Hamdi ou Mohamed Faouzi).165159-177889192231142-177881785565216-525152-8321071-n.jpg

o      La tenue du corps est essentielle : elle est très poussée dans l’enseignement de Djamila Hanann, priorité à l’élégance, mais toujours dans le respect de la sécurité du danseur. La force du bassin est très importante.

o      Le travail de l’expressivité est abordé dès le début, Djamila Hanann a une âme de comédienne, et sa danse est très incarnée.

o      Le traitement de la musique n’est pas laissé au hasard ; Djamila Hanann sensibilise ses élèves aux codes rythmiques et au rapport de la danseuse avec la percussion (par exemple, un son grave se frappe vers le bas, un son aigu vers le haut).

 

En somme, on peut dire que Djamila Hanann représente l’enseignement d’Ibrahim Akeef, qui a formé les plus grandes stars d’Egypte des années 1970 (Naïma Akeef, Samia Gamal, Fifi Abdu) avec un style de danse sharki sobre et incarné.

Marylou et Sarah, élèves de Djamila HanannMarylou et Sarah, élèves de l'école, en gala à Albi

Date de dernière mise à jour : Sam 18 Fév 2012